La Commission européenne se bat pour les droits de la femme

La Commission annonce un plan d’action pour mettre fin à l’écart de rémunération entre les femmes et les hommes d’ici la fin de son mandat en 2019.

L’égalité homme-femme n’est toujours pas acquise

Une nouvelle enquête Eurobaromètre, publiée en novembre, souligne que l’égalité hommes-femmes n’est toujours pas acquise dans les États membres de l’UE. Dès lors, la Commission européenne a annoncé une série de mesures qu’elle souhaite mettre en œuvre d’ici la fin de son mandat en 2019 pour réduire et mettre fin à l’écart de rémunération entre les femmes et les hommes.

Un plan d’action européen

En Europe, les femmes continuent de gagner en moyenne 16,3 % de moins que les hommes. L’écart de rémunération entre les sexes ne s’est pas réduit ces dernières années et il est dû en grande partie au fait que les femmes ont tendance à afficher un taux d’emploi inférieur, à travailler dans des secteurs moins bien payés, à obtenir moins de promotions, à interrompre davantage leur carrière et à effectuer plus de travail non rémunéré.

Pour remédier à ce problème, la Commission européenne a présenté un plan d’action pour éliminer l’écart de rémunération entre les femmes et les hommes, portant sur la période 2018-2019.

Consulter le plan d’action de la Commission européenne

En Belgique

Voici quelques-uns des résultats de la dernière enquête Eurobaromètre sur l’égalité hommes-femmes pour la Belgique:

  • Huit à neuf Belges sur dix considèrent que la promotion de l’égalité des sexes est importante pour la société, pour l’économie et pour eux, à titre personnel.
  • 48 pourcent des Belges estiment qu’il devrait y avoir davantage de femmes aux postes décisionnels dans le monde politique, tandis que sept Belges sur dix se disent favorables à l’adoption de mesures législatives visant à garantir la parité hommes-femmes dans la vie politique.
  • Plus de huit Belges sur dix considèrent que les hommes devraient assumer une part égale des tâches ménagères ou prendre un congé parental pour s’occuper de leurs enfants. Toutefois, la majorité d’entre eux (67 %) pensent que les femmes consacrent encore plus de temps que les hommes aux tâches domestiques et familiales.
  • 85 % des Belges déclarent qu’il n’est pas acceptable que les femmes soient payées moins que les hommes et 68 % d’entre eux sont favorables à la transparence salariale comme vecteur de changement.

Plus d’infos

UNE QUESTION UNE DEMANDE ?
Contactez-nous !

Les champs marqués d'un * sont requis.