Le plan de relance européen : vers une reprise durable, inclusive et équitable pour tous

Le coronavirus a ébranlé l’Europe et le monde jusque dans leurs fondations, mettant à l’épreuve les systèmes de soins de santé et de protection sociale, nos sociétés, nos économies et la manière dont nous vivons et travaillons ensemble.

Désormais, il s’agit de réparer les dommages à court terme causés par la crise tout en investissant également dans notre avenir à long terme. Dans ce contexte, la Commission européenne a présenté sa proposition de plan de relance. 

Exploiter le budget à long terme

Dans le but de favoriser une reprise durable et équitable entre les États membres, la Commission européenne propose de créer un nouvel instrument pour la relance, Next Generation EU, qui sera doté d’une enveloppe de 750 milliards d’euros empruntés par la Commission sur les marchés financiers. Des renforcements ciblés du budget à long terme de l’Union pour la période 2021-2027 sont également prévus, ce qui porterait à 1,85 billion d’euros la capacité financière totale du budget de l’Union.

Tous les fonds mobilisés par l’intermédiaire de l’instrument Next Generation EU seront dirigés, au moyen de programmes de l’UE, vers le budget à long terme de l’Union remanié. Ces derniers seront investis selon trois piliers:

  • Soutenir les États membres en matière d’investissements et de réformes, avec un renforcement de fonds structurels européens;
  • Relancer l’économie de l’Union en attirant des investissements privés, grâce à un nouvel instrument de soutien à la solvabilité et un accroissement de la capacité d’InvestEU;
  • Tirer les enseignements de la crise, avec nouveau programme pour la santé, intitulé « L’UE pour la santé », doté d’un budget de 9,4 milliards d’euros, devant permettre de renforcer la sécurité sanitaire et de se préparer à des crises sanitaires futures.

Les fondements de la relance

Protéger les vies et les moyens de subsistance, réparer le marché unique et construire une reprise durable et prospère est désormais essentiel. Pour la Commission européenne, la relance ne signifie pas revenir à la situation d’avant la crise, mais aller de l’avant.

Pour ce faire, elle souhaite maintenir le pacte vert européen en tant que stratégie de relance de l’UE. Le renforcement du marché unique et son adaptation à l’ère numérique, notamment par le développement d’une véritable économie fondée sur les données, constitue également une priorité. Enfin, la relance devra être équitable et inclusive pour tous, par exemple via le régime européen de réassurance chômage (SURE) à court terme qui fournira 100 milliards d’euros pour soutenir les travailleurs et les entreprises;

discussions jusqu’en juillet

La balle est désormais dans le camp du Conseil européen et des États membres. Le plan de relance proposé va désormais faire l’objet de discussions entre les Vingt-Sept, notamment lors du prochain Conseil européen le 19 juin, et une décision est attendue pour juillet prochain au plus tard.

En cas d’accord − l’unanimité est requise −, les parlements nationaux devront se prononcer à leurs tours.

 

Pour plus d’informations

 

 

 

 

UNE QUESTION UNE DEMANDE ?
Contactez-nous !

Les champs marqués d'un * sont requis.

Vous pouvez à tout moment retirer votre consentement à l'utilisation des données collectées par ce formulaire. Pour plus d'informations sur la gestion de vos données et pour connaitre et exercer vos droits, veuillez consulter notre charte vie privée.